Dépendance : comment accompagner un proche dans un maintien à domicile ?

Une jeune femme aide une dame âgée chez elle

Pour l’équilibre de tous, les études montrent que le maintien à domicile d’une personne en situation de dépendance reste la solution la plus souhaitable, si bien sûr son état le lui permet. Des aides peuvent être obtenues, pour lui faciliter le quotidien et l’accompagner dans tous les gestes essentiels de la vie.

Dépendance d’un proche : les enjeux pour lui et pour vous en tant qu’aidant

Quand un proche perd de l’autonomie, une des premières questions qui se pose est : peut-il continuer de vivre à son domicile ou doit-il intégrer, temporairement ou durablement, un établissement spécialisé ? Le plus souvent, surtout si la personne est âgée, il lui est difficile d’envisager de quitter son logement, car elle peut craindre de le quitter définitivement et c’est une étape difficile à accepter. Le maintien à domicile peut être la solution dans de nombreux cas, et des aides existent pour le faciliter.

Car en tant qu’aidant, on ne peut pas tout. D’abord, il est difficile de s’occuper au quotidien d’un proche devenu dépendant. Il y a la question de la distance entre les domiciles, mais aussi celle du temps disponible pour le faire, surtout si l’aidant est encore actif. De plus, si faire des courses ou du ménage pour un parent peut s’envisager de temps en temps, il en va autrement pour le fait de l’aider à se lever, se coucher, s’habiller, lui faire les repas… Au-delà des difficultés matérielles que cela peut représenter, il y a aussi la limite physique : soulever quelqu’un sans se blesser ni lui faire mal, est loin d’être évident.

Une petite fille fait un selfie avec son père en fauteuil roulant, et sa mère

Maintien à domicile d’un proche en perte d’autonomie : les aides pour faire face à la dépendance

Selon la situation de la personne dépendante, les aides financières et les démarches à réaliser sont différentes. Si la personne reste globalement autonome mais connaît quelques difficultés ponctuelles, sur des gestes précis (comme le ménage), alors il s’agit simplement de lui faciliter le quotidien, et une aide peut être sollicitée : soit auprès de sa caisse de retraite, soit de la mairie ou du CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de sa commune. Plusieurs options sont à étudier : portage des repas, aide ménagère, accompagnement dans les déplacements… Ces aides sont conditionnées aux revenus de la personne dépendante.

En revanche si la personne (qui doit aussi résider en France), a plus de 60 ans et se trouve dans l’incapacité de s’occuper d’elle-même dans les aspects en apparence les plus anodins de son quotidien (se lever, se déplacer, se laver…), alors une demande d’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) peut être faite sans conditions de ressources (avec cependant un montant d’aide variable selon les revenus). Cette demande d’APA est à faire auprès du département : services du Conseil Départemental, point d’information local dédié aux personnes âgées, mairie, CCAS, organisme de Sécurité Sociale, mutuelle, ou encore directement auprès des entreprises d’aide à domicile. Un plan d’aide personnalisé est alors proposé, avec à la clé un nombre d’heures mensuel d’intervention.

BON À SAVOIR : La Sécurité Sociale peut prendre en charge l’intervention d’une aide à domicile dans le cadre du retour à domicile d’une personne après une hospitalisation, mais uniquement pendant une période donnée (quelques mois au plus). Les aides pour un maintien à domicile sur le long terme ne sont pas remboursées.

En cas de dépendance, l'aide d'un tiers est souvent nécessaire

Les bénéfices d’une assurance dépendance

Les aides financières représentent un socle à la fois primordial et bien souvent minimal, pour permettre le maintien à domicile d’une personne dépendante. Si ses revenus le lui permettent, elle peut employer une aide de façon plus intensive, et bénéficier de réductions d’impôts. Mais la souscription d’un contrat Prévoyance s’avère aussi une solution confortable et rassurante. En adhérant suffisamment tôt, le sénior anticipe les difficultés éventuelles et met aussi ses proches à l’abri, tant psychologiquement que financièrement.

Car on estime que le budget moyen à prévoir pour le maintien à domicile d’une personne âgée dépendante est d’environ 1800 euros par mois. Or plus de 40 % de ce montant reste en moyenne à régler par le bénéficiaire une fois les aides de l’État déduites. Une assurance santé dite “dépendance” peut alors se charger du règlement d’une part complémentaire, allégeant ainsi considérablement la dépense. Les garanties choisies peuvent également concerner le conjoint du titulaire mais aussi ses enfants ou tout autre membre de la famille.

Voir aussi l’article : ” Dépendance : s’assurer, un bon moyen d’anticiper la perte d’autonomie “

Vous voulez en savoir plus sur les assurances Dépendance ? Consultez nos conseillers et obtenez rapidement un devis.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn