Aménager son logement grâce à son assurance dépendance

Aménager son logement permet souvent d'éviter d'aller en EHPAD

Souscrire une assurance dépendance, c’est anticiper une éventuelle perte d’autonomie, liée à la vieillesse ou à la maladie. C’est aussi bénéficier le moment venu d’un capital afin d’aménager son logement et de l’adapter à une mobilité réduite.

Aménager son logement : pour quoi faire ?

Quand on se retrouve en situation de perte d’autonomie, il s’agit souvent de choisir entre un maintien à domicile et une prise en charge dans un établissement spécialisé type EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes). Souvent, la personne préfèrera rester chez elle, à la fois pour une question de coût (le tarif d’un EHPAD est souvent inaccessible pour une personne qui a une petite retraite) et pour une question de confort : difficile de quitter son logement quand on y a ses habitudes.

Pour autant, quand on doit faire face à des difficultés pour se mouvoir, s’habiller, se lever, se coucher, faire ses courses, se laver… alors il s’agit d’aménager son logement pour pouvoir y rester plus longtemps. En effet, il faut rendre plus accessibles les éléments utilisés au quotidien, afin de limiter les interventions extérieures comme celles des aidants. Il faut aussi permettre à un fauteuil roulant d’évoluer facilement d’une pièce à l’autre et de tourner sans gêne dans les pièces principales. Ce réaménagement concerne au moins les pièces de vie utilisées au quotidien : chambre, pièce de vie (cuisine comprise), salle d’eau, toilettes.

Comment aménager son logement concrètement ?

Quand on a des difficultés à se déplacer, on peut être amené à utiliser une canne, des béquilles, un déambulateur ou un fauteuil roulant. Il faut donc que le sol du logement soit adapté, quitte à le changer, afin de limiter au maximum les chutes tout en rendant fluides les déplacements (revêtement antidérapant). Que la perte d’autonomie soit partielle ou totale, il faut aussi penser à agrandir les portes (notamment en cas de fauteuil roulant) et installer des modèles d’au moins 90 cm avec une largeur utile minimale de 83 cm. Les poignées doivent parfois être déplacées, pour être préhensibles depuis un fauteuil.

Il faut modifier les seuils qui gêneraient le passage : même pour quelqu’un qui marche, des seuils inadaptés peuvent en effet rapidement être sources d’inconfort et d’insécurité (maximum 2 cm). Toujours s’agissant des déplacements, il faut penser à aménager le logement de façon à avoir un cheminement aisé entre l’extérieur et l’intérieur. Il faut évidemment supprimer les marches ou les remplacer par des pentes douces. Il s’agit aussi d’installer un monte-escalier si l’aménagement ne peut pas se limiter au rez-de-chaussée.

Une jeune femme avec sa grand-mère

Idéalement, quand on pense à aménager son logement pour pallier une situation de dépendance, il faut créer une chambre en rez-de-chaussée ou aménager une chambre existante pour en faire une chambre PMR (Personne à Mobilité Réduite). Cela signifie en particulier qu’on doit pouvoir circuler en fauteuil autour du lit : des espaces de manœuvre doivent être prévus partout où le fauteuil peut être amené à faire un changement de direction. Une salle d’eau PMR est également souhaitable, avec une douche conçue pour pouvoir accueillir un fauteuil.

Enfin il est judicieux et plus agréable d’abaisser les fenêtres pour que la personne en fauteuil puisse regarder à l’extérieur et peut-être les ouvrir elle-même (prévoir là encore des poignées adaptées). Une automatisation des volets est fortement recommandée. Les commandes des appareils, interrupteurs et prises de courant, doivent être rendus accessibles (à environ 1 mètre de hauteur). Enfin, il faut au maximum désencombrer le logement d’une personne à mobilité réduite, éventuellement supprimer des placards voire des cloisons, pour laisser le plus d’espace possible à la déambulation.

Lire aussi l’article : “Dépendance : comment accompagner un proche dans un maintien à domicile ?”

Une assurance dépendance permet de financer l’aménagement de son logement

Pour aménager son logement de façon à l’adapter à une situation de dépendance, des aides existent : l’aide à l’adaptation de logement en vigueur depuis 2019 permet de bénéficier d’une enveloppe pouvant aller jusqu’à 5000 euros pour des personnes âgées dans leur résidence principale. L’aide de l’ANAH peut aussi financer certains travaux. Néanmoins, si de nombreux aménagements sont nécessaires, la facture pourrait vite monter. Il s’agit bien sûr de comparer les devis des artisans, et de faire d’éventuels choix entre les différents aménagements possibles.

Le mieux reste de prévoir cette situation en amont et de souscrire une assurance dépendance, qui pourra financer les aménagements nécessaires grâce à un capital dédié. En percevant le capital prévu au contrat, vous pourrez alors faire réaliser les interventions nécessaires et faire de votre logement un lieu de vie adapté à votre nouvelle situation. En demandant une étude à un courtier en assurances spécialisé comme le cabinet LESA, vous bénéficiez d’un conseil impartial entre les différentes offres et adapté à votre besoin.

Pour plus d’informations, demandez-nous dès aujourd’hui un devis personnalisé pour votre assurance dépendance.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn