Freelance : 5 points clés pour bien choisir votre mutuelle

Calculer le reste à charge sur l'achat de lunettes permet de maîtriser son budget.

En tant que travailleur freelance, votre couverture santé “de base” est, disons-le carrément, franchement faiblarde. Rien ne vous oblige à souscrire une mutuelle complémentaire… mais c’est très fortement recommandé ! Dépenses de santé du quotidien, arrêt maladie, accident du travail : sans assurance, difficile de faire face.

1 – Évaluez vos besoins pour vos frais de santé (et ceux de votre famille)

Le RSI (Régime Social des Indépendants) a disparu, absorbé par le régime général de l’Assurance Maladie. En tant qu’indépendant, vous n’êtes ni mieux couvert qu’avant, ni moins bien, du point de vue des garanties et des remboursements. Vos cotisations sont moins élevées que celles payées par les salariés : c’est la raison pour laquelle tout ce qui n’est pas couvert par le régime de base, vous coûte plus cher. Les remboursements des soins courants (consultations chez le médecin, médicaments) sont équivalents à ceux des salariés, mais moindres quand il s’agit d’arrêt maladie, d’accident du travail ou encore de chômage. De plus, certains soins sont très peu remboursés, même pour les salariés, comme les soins dentaires ou d’optique. Et l’hospitalisation s’avère aussi très coûteuse sans la prise en charge d’une partie des frais par une mutuelle.

Votre situation personnelle et familiale génère des besoins plus ou moins importants en termes de complémentaire santé, qu’il est bon d’analyser avant de faire le choix d’une mutuelle. Célibataire ? Marié(e) ? Des enfants ? Souhaitez-vous que votre conjoint(e) soit rattaché(e) à votre contrat ? Votre assurance santé doit aussi pouvoir s’adapter à l’évolution de vos besoins. De même, votre choix de complémentaire variera selon la récurrence actuelle et supposée pour l’avenir, de vos dépenses de santé : portez-vous des lunettes ? Faites-vous régulièrement appel à un ostéopathe ? Êtes-vous suivi(e) par des praticiens autres que votre médecin (psychanalyste, allergologue…) ? Avez-vous recours à des moyens de contraception onéreux ? Autant de postes mal, voire pas remboursés du tout, pour lesquels votre mutuelle pourrait vous apporter une aide précieuse.

Les médecines douces : un bon moyen de conserver la forme.

2 – Calculez le budget que vous pouvez allouer à votre mutuelle

Souscrire une mutuelle est donc une dépense rationnelle et raisonnable. Pour autant, la somme que vous allez y consacrer doit être calculée avec précision, afin que vos cotisations ne pèsent pas trop lourd dans votre budget (même si votre statut vous autorise peut-être une intéressante déduction fiscale dans le cadre du dispositif Madelin, voir ci-dessous). Il s’agit donc d’opter pour une mutuelle dont les garanties répondent à vos besoins, sans les surévaluer. Sinon vous payeriez pour des prestations que vous n’utiliseriez pas.

Quoi qu’il en soit, vous avez tout intérêt à choisir une mutuelle dédiée aux professions libérales et aux travailleurs indépendants. En effet, les tarifs varient considérablement d’une compagnie d’assurance à une autre : certaines privilégient les grandes entreprises et ne seront pas compétitives sur les offres dédiées aux indépendants. Les prix d’une mutuelle qui s’adresse spécialement aux freelancers tiennent compte de plusieurs critères, parmi lesquels le profil de l’assuré (âge, profession, situation familiale, lieu de résidence, etc.), les garanties de base et les options (ou “renforts”) souhaitées.

3 – Vérifiez les garanties et les conditions de prise en charge

Parmi les premiers critères qui doivent vous guider vers une mutuelle plutôt qu’une autre, il y a les conditions de prise en charge. Pensez à les vérifier avant même de voir quelles options de garanties choisir. Parmi elles : cette mutuelle pratique-t-elle bien le tiers-payant ? la prise en charge est-elle immédiate (notion de délai de carence) ? sous quel délai les remboursements sont-ils assurés ? un questionnaire de santé est-il demandé ? quid des frais d’hospitalisation ? quelles franchises pour quelles prestations ?

Ensuite, vous pourrez valider avec votre conseiller les options qui vous semblent nécessaires, pour assurer par exemple :

  • une prise en charge satisfaisante des frais d’hospitalisation
  • un meilleur remboursement des soins dentaires et optiques
  • une prise en charge correcte des dépassements d’honoraires de certains praticiens
  • des aides en cas d’immobilisation (ménage, courses…)

4 – Pensez au volet Prévoyance en cas d’arrêt de travail

En complément de votre régime obligatoire, vous pouvez également choisir de cotiser pour une prévoyance, capable de vous apporter un revenu de substitution en cas d’interruption d’activité liée à une raison médicale. En effet, les travailleurs non salariés se retrouvent souvent en difficulté pour maintenir leurs revenus quand ils sont malades sur une longue période.

Cela peut prendre la forme d’indemnités journalières en cas d’incapacité de travail, du versement d’une rente en cas d’invalidité, d’un capital pour votre famille en cas de décès. Des options permettent même de prévoir le versement d’une rente dite “d’éducation” pour simplifier le financement des études de vos enfants, ou d’une rente au conjoint. Dans tous les cas, prenez le temps de comprendre les exclusions éventuelles prévues au contrat.

Les artisans ont besoin d'une assurance en cas d'arrêt de travail

5 – Souscrivez bien un contrat “Madelin” dédié aux indépendants

En tant que travailleur indépendant, vous pouvez déduire les cotisations pour votre mutuelle et votre prévoyance de votre résultat annuel : un avantage fiscal important, qui rend cette dépense presque “indolore” ! Attention, si vous êtes auto-entrepreneur, vous ne pouvez pas bénéficier de ce dispositif de déduction fiscale, car vous bénéficiez déjà d’un abattement sur votre chiffre d’affaires.

Plusieurs assureurs proposent des formules dédiées aux indépendants, comme Malakoff Humanis et April.

Voir aussi l’article dédié : “Travailleurs indépendants : assurez-vous grâce à la Loi Madelin“.

Vous souhaitez des conseils dans le choix de votre mutuelle en tant que freelance ? Faites une demande de devis et recevez une réponse personnalisée.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn